RETOUR SUR MARKETING REMIX 2016 | Smart

Viuz.com : RETOUR SUR MARKETING REMIX 2016 – La transparence, clé du contrôle

RETOUR SUR MARKETING REMIX 2016
La transparence, clé du contrôle

L’intervention suivante, réalisée en anglais suite à une démonstration de français courageuse mais laborieuse par Corey Kronengold, CMO de Smart AdServer va vous raconter le malheur des éditeurs de contenu, grands perdants de la révolution digitale.

Tout commence par une question simple : savez vous combien il y a de mains dans votre poche ? Lorsque Donald Trump dit que le système n’est pas juste, il a raison, mais en vérité ce qui n’est pas juste, c’est le paysage technologique de la publicité.

La révolution digitale a été fabuleuse pour les consommateurs, mais pas tellement pour les éditeurs. Pris au piège du « tout gratuit » dans un cadre où leurs revenus traditionnels s’appuyaient sur les souscriptions et la publicité, il ne leur restait que les revenus publicitaires. Or dans un monde ou le viral a de plus en plus une valeur supérieure à la qualité, il devient compliqué d’émerger.

Les éditeurs se sont aussi fait avoir par l’absence de transparence de l’écosystème publicitaire. Le Guardian par exemple a déclaré ne toucher que 30% des dépenses publicitaires réalisées en programmatique sur ses contenus, le reste allant aux entreprises AdTech, sans même que les éditeurs ne sachent ou va cet argent. Parfois même à la fraude, en vérité on ne sait pas.

Alors on voit certains éditeurs créer des alliances telles que « The Pangaea Alliance » ou The Quadrant, mais échouent devant la difficulté à faire émerger une offre commune et redonner de la valeur à l’information.

Ajoutons à cela Facebook qui en créant les « instant articles » a pratiquement rendu le travail des éditeurs inutile, et Snapchat qui essaie de prendre le contrôle total des ventes publicitaires réalisées sur son réseau par ses créateurs de contenu, la question se pose plus que jamais : que peuvent faire les éditeurs ?

Demander de la transparence

En demandant de la transparence, on commence à redonner de l’importance à la valeur du contenu et à sa qualité.

En demandant de la transparence, on permet aux éditeurs de reprendre le contrôle sur leur contenu, par exemple en proposant un site internet qui rendrait la publicité plus visible et améliorerait le CPM.

Le message aux éditeurs est le suivant : nettoyez votre inventaire, quitte à diminuer le nombre d’Ads pour en augmenter leur valeur, car vos partenaires aujourd’hui volent littéralement vos revenus.

Alors qu’en toute transparence « on gagne de l’argent lorsque vous gagnez de l’argent »

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Viuz.com