Smart AdServer étend son expertise et sa présence internationale | Smart

La Correspondance de la Publicité : Un an après son émancipation du groupe Axel Springer, Smart AdServer étend son expertise et sa présence internationale

Un an après son émancipation du groupe Axel Springer, Smart AdServer étend son expertise et sa présence internationale

Un an après s’être émancipée de son groupe d’origine, Axel Springer, où elle accompagnait Aufeminin, Smart AdServer se définit comme « une plateforme full stack qui permet aux annonceurs de reprendre le contrôle de leurs inventaires au sein d’une solution unique, une solution du quotidien qui donne une vision 360 de leurs revenus ».

« 100 % publishers, 100 % techno et 100 % indépendant, voilà ce qui nous caractérise« , explique M. David PIRONON, chief operating officer de Smart AdServer, à « La Correspondance de la Publicité ».

Smart AdServer a été lancé en 2001. A l’époque, les fondateurs d’Aufeminin, qui travaillent alors avec la régie DoubleClick, décident de lancer leur propre plateforme afin de subvenir à des besoins spécifiques. Quatre ans plus tard, réalisant le potentiel de leur activité publicitaire, les dirigeants font de Smart AdServer une entité à part entière avec une direction propre : M. Cyrille GEFFRAY, président, M. David PIRONON, COO et M. Nicolas de ROBERT, chief technology officer.

Avec des moyens plus importants et une vision innovante, Smart est une des premières entreprises à s’intéresser au mobile. Dès 2009, l’entité met en place une solution mobile avec une logique multi écran ; et en 2013, suivant la tendance générale, un nouveau tournant est pris : celui du programmatique.

Mais c’est en avril 2015 qu’a lieu le plus grand changement au sein de l’entreprise, qui s’émancipe de son groupe d’origine grâce au fonds d’investissements Cathay Capital, qui rachète la société pour 37 millions d’euros (cf. CPub du 20/02/2015). Aufeminin souhaite se concentrer sur son activité d’éditeur de contenus, alors que Smart AdServer veut plus d’indépendance, et pouvoir augmenter ses investissements pour développer de nouveaux produits et accélérer sa croissance aux Etats-Unis. « La décision a été conjointe entre le management de Smart et Axel Springer« , explique M. David PIRONON. « L’ennui était que Springer est un groupe coté, donc tous les ans, on avait des objectifs de rentabilité. Sauf que pour une entreprise comme Smart, on ne doit pas penser rentabilité, il faut investir pour grossir, et c’est ce qui s’est passé une fois qu’on s’est allié à Cathay Capital« , ajoute-t-il.

Un plan à 4 ou 5 ans avec un seul objectif : la croissance

Désormais, la société évolue dans un plan à 4-5 ans, avec un seul but : la croissance. De 100 collaborateurs en janvier 2015, l’entreprise est aujourd’hui à 170, et entend bien en compter 200 d’ici la fin de cette année. Et si c’est en France que réside la majeure partie des collaborateurs (85 d’entre eux), l’ouverture à l’international est un autre point central de la stratégie du groupe.

Smart AdServer dispose notamment de bureaux aux Etats-Unis, en Allemagne, Espagne, Pologne, Italie, au Brésil, Mexique, en Argentine, et depuis récemment, en Chine. « Les bureaux étrangers ont des tailles variables. Le plus important est celui de New York avec 15 collaborateurs et le plus petit c’est le bureau italien, qui compte 4 collaborateurs« , précise M. PIRONON.

Tous les développeurs sont basés à Paris, dans les nouveaux locaux investis par la société suite à son émancipation ; les équipes internationales comptent chacune un country manager qui gère l’entité au niveau local, un ou plusieurs commerciaux, et des consultant techniques. « L’intérêt c’est qu’il y ait une réelle proximité avec nos clients, on voulait une position si locale que chacun de nos clients puisse penser que nous sommes originaires de son pays. Les équipes sont gérées par des professionnels locaux qui ont déjà une longue expérience dans le secteur. On ne voulait pas faire l’erreur de mettre des Français aux commandes de bureaux avec des cultures très différentes de la nôtre« , ajoute le COO.

En termes d’expertise aussi la société évolue. « La vidéo est un gros sujet en ce moment sur lequel nous travaillons, notamment avec le format vertical, et le programmatique est un axe clé de développement. On s’intéresse à la convergence entre programmatique et direct« , explique-t-il. Et pour la rentrée, l’accent sera mis sur l’automated guaranteed. « Autrement dit, l’automatisation des ventes directes. C’est du programmatique non RTB, garanti, qui permet de vendre des campagnes via open direct – qui est la norme marché – en se connectant sur une seule plateforme. On sert de facilitateur technique« . Une version beta de l’offre sera lancée au quatrième trimestre.

© 2016 Factiva, Inc. Tous droits réservés.

Copyright 2016 Société Générale de Presse. All Rights Reserved.